Les forêts du monde en danger

Publié le 4 avr 2013 par Mélanie
La forêt amazonienne

La forêt amazonienne

Sur les 4 milliards d’hectares de forêts existantes, 13 millions disparaissent chaque année, pour 16 millions dans les années quatre-vingt-dix. Cette destruction touche particulièrement l’Amérique du Sud et l’Afrique, qui perdent respectivement 4 et 3,6 millions d’hectares de forêt chaque année.

Si le phénomène est en légère diminution, il reste très préoccupant. Et c’est ce constat qui est à l’origine de la journée internationale des forêts créée par les Nations unies pour mobiliser et sensibiliser sur un enjeu essentiel pour notre avenir tous les 21 mars de chaque année.

Les forêts contribuent à l’équilibre de nombreux échanges naturels, que ce soit au niveau local ou au niveau planétaire. Elles sont une source vitale de biodiversité et de moyen de subsistances pour 1,6 milliard d’humains, dont près de 60 millions sont des peuples indigènes dont la survie est intiment liée à la survie de la forêt.

D’un point de vue écologique, elles stockent naturellement le carbone et participent à la régulation du climat. Elles offrent des services hydriques, en approvisionnant les réseaux d’eau. Elles fixent les sols. Elles permettent de lutter contre l’érosion et même contre les tsunamis, comme cela a été plusieurs fois démontré avec le rôle de protection des côtes par les mangroves. Bref, elles offrent de nombreux services à l’environnement et aux hommes qui y habitent.

foret2

D’où la nécessitée de trouver des réponses aux menaces globales croissantes qui pèsent sur ces écosystèmes vulnérables que sont les forêts, en particuliers sur les forêts tropicales.

La vie sur terre n’est possible que sur une fine couche à la surface du globe. Si vous aller à 400 kilomètres d’altitude, il n’y a plus de vie. Si vous allez à 400 kilomètres dans le sous-sol, il n’y a plus rien. Si nous prenons 100°C de plus ou de moins, ce qui n’est rien par rapport à ce qui ce passe dans l’univers, la vie n’est plus possible.

L’espace de vie habitable est donc très limité. Maintenant, si vous regardez cet espace, vous observez que plus vous allez vers les pôles, et moins vous avez de vie et de variétés d’espèces. Et donc la vie la plus riche, en quantité et en diversité, se trouve concentrée sur Terre dans les dernières grandes forêts tropicales que sont le bassin amazonien, le bassin du Congo et les forêts du sud-est asiatique. Trois espaces vitaux aujourd’hui de plus en plus menacés.

Les menaces qui pèsent sur les forêts

Les menaces de destruction de ces forêts viennent principalement, directement ou indirectement, de l’activité humaine. Celle-ci engendre de nombreuses dégradations qui, à terme, se traduisent par une déforestation souvent irrémédiable. L’un des pires exemple qui existe est la forêt en Tasmanie.

La Tasmanie abrite encore des forêts primaires à la biodiversité exceptionnelle. Derrière ces forêts cartes postales, une destruction planifiée est cachée aux touristes. Ce que les touristes ne doivent pas voir, ce sont des hélicoptères, au-dessus de cette forêt primaire, transportant une cargaison qui a pour but, une fois relâché, de provoquer des incendies : des bombes de napalm. Une méthode radicale, employée par l’industrie forestière, pour « nettoyer » le terrain. Et les feux peuvent durer plusieurs semaines. Ces forêts disparaissent pourtant sous les tronçonneuses et les bulldozers au rythme de 44 terrains de football/jour. En fait, ils détruisent les forêts anciennes et bien sûr, tout ce qui vit dedans.

Quand vous détruisez des écosystèmes d’origine, vous pouvez toujours replanter des arbres, mais vous ne retrouvez jamais le substrat d’origine. La nature se réorganisera autrement avec ce qui reste. Les derniers îlots de forêt primaires qui restaient sur la planète sont en train de disparaitre à tout jamais.

On sait de plus que cette perte des forêts contribue à hauteur de 17% aux émissions globales de gaz à effet de serre. Cela pèse gros dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Les causes de la destruction des forêts

La forêt est souvent perçue comme un espace vierge à exploiter dont la mise en valeur permettra des retombées économiques importantes. Ça commence souvent avec l’exploitation des arbres, le développement d’activités minières ou agricoles. Des activités aux conséquences et aux pratiques souvent non durables, dont le bénéfice à court terme ne prend pas en compte le coût de la destruction et de ces conséquences.

Et puis il y a les activités « volontairement » criminelles. Un rapport récent du Programme des Nations Unies pour le développement fait avec INTERPOL estime que 50 à 90% de l’exploitation forestière est le fait d’activités illégales et que ce commerce criminel mondial génère de 30 à 100 milliards de dollars par année.

La forêt victime d’activités criminelles

Le trafic de bois illégal en est un exemple. Le commerce de certains bois de teck ou du bois de rose de Madagascar dévaste les dernières forêts de l’île et condamne le développement du tourisme. Il met en danger l’avenir de nombreuses espèces animales pour satisfaire le marché des nouveaux riches chinois, très demandeurs de ces bois précieux et rare pour fabriquer des meubles comme à l’époque des empereurs.

Pour vous donner d’autres exemples, selon le WWF, 40% des importations de bois Africains en Europe seraient d’origine illégale. Ce qui n’empêche pas ce bois de se retrouver transformé en bois de construction ou de mobilier et mis en vente chez de nombreuses grandes marques de distribution.

Préserver ce patrimoine naturel 

De nombreuses initiatives internationales, nationales et locales, tentent de protéger les forêts et de développer des pratiques plus durables. Ce qui caractérise l’édition 2013 de cette journée internationale des forêts, c’est notamment la volonté d’agir plus rapidement.

Auparavant, les satellites permettaient de documenter la destruction avec un différé de quelques années. Aujourd’hui, de nouvelles initiatives internationales envisagent d’utiliser les satellites pour assurer une veille en temps réel sur les espaces à protéger, avec des systèmes d’intervention rapide au sol.

Le concept de « criminalité environnementale » a également progressé. INTERPOL par exemple, dispose maintenant de services de police qui travaillent uniquement sur ces questions.

De toute évidence il y a une vraie mobilisation autour des forêts au niveau international. Mais force est de constater que les destructions s’accélèrent et que, pour l’instant, la superficie des derniers grands bassins forestiers continue inévitablement de diminuer.

Source : RFI Science

  • Facebook
  • Twitter
  • E-Mail
  • Google Bookmarks

4 Réponses

  1. jen guy dit :

    merci

  2. Frakeinstein dit :

    Oui, c’est vrai que les forêt sont en danger surtout la forêt amazonienne qui perd pas mal d’animaux et de bois par année.

  3. renaud dit :

    lors que je lis votre document je pense a l histoire des trois petits cochon cars il sont en danger comme les pauvre petit animaux dans la foret amazoniaine!! mais ceci est un commentaire possitifs merci et bonne chance pour votre prochain projets!

  4. élii dit :

    cela m’a beaucoup aidé dans un travail pour l’école :)

Laissez un commentaire

Diplômée de l'Université Laval en géographie, j'ai joint l'équipe du 89,1 FM en 2010, car je me passionne pour la vulgarisation scientifique, le journalisme et les médias.

Titulaire d'une maîtrise en sciences géographiques (dont le sujet d'étude portait sur les changements climatiques), mon intérêt pour le journalisme scientifique, la protection de l'environnement, le développement durable et la promotion des sciences m'ont poussé à créer ce site Internet.

J'espère donc pouvoir vous partager ma passion pour les sciences, la nature et l'environnement!

Mélanie Jeaninfo@maplanetebleue.com