Les sacs réutilisables sont-ils écologiques?

Publié le 30 jan 2011 par Mélanie

Depuis samedi dans le Journal de Québec, on peut suivre un dossier fort intéressant, préparé par le journaliste Dany Doucet, sur les sacs réutilisables. Il semblerait que ces sacs ne sont pas si écologique qu’on le croit! Je vous propose donc un survol de ce dossier très instructif!

On leur reprochait d’être une source énorme de pollution, de ne pas être recyclables et de consommer du pétrole. Les sacs de plastiques sont aujourd’hui grandement remplacés par les sacs réutilisables. Mais on peut se demander si ceux-ci sont des produits écologiques?

Les grandes chaînes alimentaire (IGA, Loblaws, Métro, etc) estiment que la consommation de sacs en plastique a diminué de 70 à 80 % depuis l’arrivée des sacs réutilisables. Selon Recyc-Québec, les chaînes d’alimentation à elles seules auraient distribué 13,5 millions de sacs réutilisables au Québec. Les sacs de plastique quant à eux, sont vendus cinq cents l’unité dans les épiceries et sont devenus très rentables pour celles-ci.

Cinq ans après leur introduction en remplacement des sacs de plastique, nos sacs réutilisables atteignent la fin de leur vie utile et révèlent un défaut qui n’avait pas été anticipé : la plupart ne sont pas recyclables! Pourquoi?

Tout d’abord parce qu’il n’y existe pas de norme de fabrication. Donc chaque compagnie fabrique son modèle de sac comme bon lui semble, avec des matériaux rarement recyclables. Les sacs réutilisables possèdent des coutures, afin d’être plus solides. Malheureusement, ces fibres ne sont pas recyclables. Les poignées ne sont pas fait de matière recyclables non plus. Ces courroies en tissu ou en nylon et non en plastique, empêche le recyclage, car il faut les enlever avant de mettre le sac au recyclage, ce que la majorité du temps, n’est pas fait.

Au final, les sacs réutilisables, dont la vente est encouragée afin de diminuer la pollution, finissent donc au dépotoir. On a l’impression de faire un geste pour l’environnement, mais ce n’est pas tellement le cas… et la plupart sont fabriqués en Chine.

Il va falloir qu’une norme soit imposée à ceux qui les fabriquent. En ce moment, ceux qu’on voit passer s’en vont directement au site d’enfouissement! Aucun recycleur québécois ne peut transformer ces sacs, où ils sont souvent exportés en Chine où ils sont souvent brûlés, à des fins énergétiques, avec d’autres sacs.

La règle des trois «R»

Dans le vocabulaire écologique, on dit qu’un produit est «vert» lorsqu’il respecte la formule des «3 R». Réduction, Réutilisation et Recyclage. Les sacs réutilisables respectent les deux premiers critères, parce qu’ils réduisent la quantité de sacs de plastique utilisés et parce qu’ils sont réutilisables. Cependant, le troisième critère n’est pas respecté, car la plupart d’entre eux ne sont pas recyclables.

Le Journal de Montréal a choisi, au hasard, une vingtaine de sacs réutilisables utilisés au Québec pour demander à des exploitants de centres de tri ce qu’ils faisaient avec ces sacs lorsque ceux-ci arrivent chez eux. Conclusion : dans tous les cas, ces sacs sont envoyés au dépotoir. Les sacs en tissu ne peuvent être recyclés dans les centres de tri où sont acheminés les produits de la collecte sélective.

Le Québec a suivi la plupart des pays développés du monde en restreignant l’utilisation des sacs en plastique, depuis les cinq dernières années. Ce changement a été initié d’abord par des pays comme l’Australie, qui avait constaté que des animaux marins s’empoisonnaient avec des sacs flottants dans l’océan qu’ils confondaient avec des méduses. La consommation de sacs de plastique a donc rapidement diminuée. Personne n’en voulait, pas même les centres de tri du Québec.

Les sacs de plastiques recyclables?

L’arrivée des sacs réutilisables dans les centre de tri et leur acheminement dans les dépotoirs survient en même temps que le Québec acquiert la capacité de recycler tous les sacs de plastiques traditionnels consommés ici!

Aujourd’hui, presque tous les sacs de plastiques (surtout ceux des épiceries) sont recyclables en billes de résine. Recyc-Québec estime qu’entre 1,2 et 2,4 milliards de sacs de plastiques sont encore distribués annuellement, ce qui équivaut à environ cinq sacs par semaine et par personne.

Jusqu’à maintenant, les sacs de plastique étaient considérés comme des déchets nuisibles à l’environnement et non recyclables. Cependant, certaines usines redonnent une deuxième vie à ces déchets, en les transformant en d’autres produits de plastique.

Grâce à 30 sacs d’épicerie, il est possible de produire assez de billes de résine pour fabriquer un pot à fleurs. On peut aussi fabriquer des matériaux de construction ou des drains agricoles, par exemple.

Biensur, offrir des sacs réutilisables est une façon, pour les compagnies qui les offrent, de démontrer les valeurs environnementales auxquelles elles adhèrent, mais nous ne savons pas grand chose sur la fabrication et l’origine de ces sacs.

Programme de certification des sacs en plastique recyclables

Le 28 octobre 2010, Recyc-Québec et le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) étaient fiers d’annoncer la mise en place d’un programme de certification des sacs en plastique recyclables, une première initiative du genre au Québec ainsi qu’au Canada.

En plus d’offrir aux fabricants la reconnaissance par un organisme de tierce partie, le programme de certification a pour principaux objectifs de promouvoir et de faciliter le recyclage des sacs en plastique recyclables, d’appuyer les détaillants dans leur volonté de privilégier l’utilisation de sacs recyclables, d’aider les centres de tri et les recycleurs dans le traitement adéquat de ces matières et, ultimement, d’éviter la contamination des plastiques recyclés par d’autres types de plastiques non recyclables. Pour les consommateurs, cette certification vise à leur permettre de reconnaître aisément quels sacs ils peuvent déposer dans leur bac de récupération. À cet effet, une marque de certification est d’ailleurs en développement et sera dévoilée au cours des prochains mois.

« Avec la mise sur pied du programme de certification des sacs en plastique recyclables, nous mettons en place un des éléments gagnants pour nous assurer que les sacs en plastique soient compatibles avec la filière de recyclage et assurons la reconnaissance des sacs en plastique recyclables par les détaillants et les consommateurs », explique Ginette Bureau, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC.

« La certification apporte une solution concrète au besoin qu’ont les fabricants de sacs en plastique de démontrer que leurs sacs sont faits en fonction des exigences de recyclabilité qui ont été établies. C’est aussi une solution qui apporte également une réponse aux utilisateurs de ces sacs toujours en regard de ces mêmes exigences », indique Jacques Girard, directeur du Bureau de normalisation du Québec.

Questionnement face aux sacs réutilisables

Vaut-il mieux utiliser une dizaine de sacs réutilisables durant cinq ans, fabriqués en Chine (dans des conditions inconnues), mais qui sont non recyclables ou consommer 350 sacs de plastique par année (c’est la moyenne par personne) qui sont complètement recyclables? On se demande donc lequel des deux sacs laisse désormais l’empreinte écologique la moins importante!

Si vous voulez suivre la suite de ce dossier, je vous invite à lire le Journal de Québec jusqu’à demain, où vous apprendrez entre autres pourquoi la peinture utilisé pour les sacs réutilisables contient du plomb et mardi, le dossier ce penche sur les bactéries qui peuvent s’y loger.

Bonne lecture!

Source : Le Journal de Québec et Recyc-Québec

  • Facebook
  • Twitter
  • E-Mail
  • Google Bookmarks

6 Réponses

  1. [...] Les sacs réutilisables sont-ils écologiques? – Ma planète bleue [...]

  2. Victor Poudelet dit :

    Bonjour,

    je voudrais rectifier une erreur dans cet article qui provient du Journal de QUébec (identique à celui du Journal de Montéal). Ils affirment que pour être « Vert » un produit doit respecter les « critères » des 3R : réduction, réutilisation, recyclage. Or ce principe des 3R ne constitue pas des « critères à respecter » mais bien une ligne d’action à adopter.
    En développement durable, plus particulièrement en éco-conception on cherche à remplir ces principes: le produit le plus « vert » est le produit qu’on ne fabrique pas, donc on cherchera d’abord à en réduire la consommation pour que sa production s’en trouve réduite; si la réduction n’est pas suffisante ou possible, on va tenté de faire en sorte qu’il puisse être réutilisé; s’il ne peut pas être réutilisé alors on fera en sorte qu’il puisse être recyclé un maximum. Donc par définition un produit qu’on réutilise est plus « vert » qu’un produit qu’on recycle. Evidemment ce dit produit réutilisable peut avoir à l’unité plus d’impact qu’un produit recyclable en l’occurrence les sacs en plastiques. Mais ce qui est important, et le principe de l’Analyse de Cycle de Vie tend à appliquer cette théorie, c’est qu’il faut comparer deux objets en termes d’unité fonctionnelle et non à l’unité pour que les chiffres soient cohérents. Certaines de ces ACV sont disponibles en ligne pour le public notamment en tapant « LCA shopping bag » sur Google. Ce qui répondra je pense à la question pertinente en conclusion de l’article ci-dessus.

    Cet article, au lieu de sensibiliser les lecteurs, tend à remettre en cause un des rares gestes durables acquis dans notre société.

    Cordialement,

    Victor P.

  3. Mélanie dit :

    En effet, je suis d’accord avec votre commentaire, je ne faisais que relater les grandes lignes de cet article, ce n’est nullement mon opinion personnel.

    La diminution de notre consommation est évidemment une bonne voie à suivre, malheureusement il est plus difficile à mettre en pratique que les bacs verts…

  4. Jean dit :

    Il faut aussi, noublions pas,laver regulierement ces millions de sac « reetulisables  » a l’eau bien chaude et avec du savon !

  5. [...] (2)http://www.maplanetebleue.com/2011/01/30/les-sacs-reutilisables-sont-ils-ecologiques/ [...]

  6. Fabien dit :

    Bonjour,

    les sacs cabas réutilisables ne sont « vert » que si ils sont effectivement réutilisés. Une étude était sorti au USA indiquant qu’un cabas en Polypro tissé était en effet moins impactant qu’un sac plastique traditionnel au dela de 14 usages. Pour les sacs coton il faut plus de 300 utilisations… Alors messieurs, réutiliser vos cabas! en savoir plus sur http://www.lbx-asie.com
    Bonne journée

Laissez un commentaire

Diplômée de l'Université Laval en géographie, j'ai joint l'équipe du 89,1 FM en 2010, car je me passionne pour la vulgarisation scientifique, le journalisme et les médias.

Titulaire d'une maîtrise en sciences géographiques (dont le sujet d'étude portait sur les changements climatiques), mon intérêt pour le journalisme scientifique, la protection de l'environnement, le développement durable et la promotion des sciences m'ont poussé à créer ce site Internet.

J'espère donc pouvoir vous partager ma passion pour les sciences, la nature et l'environnement!

Mélanie Jeaninfo@maplanetebleue.com