Les animaux sentinelles

Publié le 16 sept 2010 par Mélanie

Comme on le sait, les animaux sont bien souvent les premiers touchés par la pollution et les bouleversements écologiques, mais en plus d’être de bons indicateurs sur la qualité l’environnement, ils seraient aussi des sentinelles très efficaces face aux catastrophes naturelles.

Est-ce que les animaux possèdent un 6e sens qui leur permet de sentir les catastrophes à venir?

Selon plusieurs études et observations faites jusqu’à maintenant, il semblerait bel et bien que les animaux anticipent les séismes, ou autres catastrophes naturelles comme les tsunamis par exemple.

Est-ce que les animaux pourraient détecter ce qui nous échappent, nous les humains et nous informer sur les dangers qui menacent notre planète? Et bien il semblerait que leur instinct ne les trompe jamais, et leur proximité avec la nature en font les meilleurs alliés de l’homme dans la prévention des risques naturels et industriels qui menacent la terre.

Donneurs d’alerte d’un prochain séisme ou d’une émanation gazeuse nocive, d’une contamination du sol, etc., ces animaux sentinelles donnent des signaux, par leur comportement ou leur métabolisme, qu’il nous faut écouter pour mieux les comprendre.

Au siècle dernier, le canari était utilisé par les mineurs pour prévenir les coups de grisou dans les mines de charbon. Le grisou est un gaz naturel très redouté des mineurs qui se dégage des couches de charbon et qui peut exploser à la moindre étincelle!

Les mineurs emportaient donc un canari en cage, qui lorsqu’il s’agitait, ou même mourait, ou encore donnait des signes de suffocation, indiquait qu’il fallait remonter au plus vite.

Mais il semblerait que les animaux puissent nous avertir de menaces encore plus dangereuses.

Les tremblements de terre

Les Japonais sont persuadés que le grand séisme qui a ravagé Tokyo en 1923 et fait 140 000 morts va se reproduire. Alors, outre les entraînements réguliers proposés à la population, certains scientifiques tablent sur des études comportementales d’animaux pour sauver des vies.

Car empêcher la catastrophe est impossible, mais savoir décoder les signes donnés par les animaux reste l’un des moyens à envisager pour prévenir la population d’un séisme imminent. Que ce soit avec l’aide d’un chien ou d’un poisson-chat, toutes les pistes sont explorées.

À Beijing en Chine, un certain Pr Li utilise avec succès des perruches comme auxiliaires aux instruments de prévention sismiques. Ailleurs en Chine, ce sont des serpents ou des pigeons qui servent d’animaux sentinelles. Des scientifiques chinois ont annoncé avoir développé une nouvelle façon de prédire les tremblements de terre : en observant le comportement des serpents.

Ces experts du bureau des tremblements de terre de Nanning, dans la province du Guangxi, surveillent en permanence des fermes de serpents à l’aide de caméras reliées à Internet. Selon ces scientifiques, les serpents peuvent détecter un tremblement de terre distant de 120 km jusqu’à 5 jours avant qu’il ne se produise.

Les serpents se comportent alors de façon erratique, se jetant même alors sur les murs pour tenter de s’échapper. Selon le directeur du bureau des tremblements de terre de Nanning, parmi tous les êtres vivants, les serpents sont peut-être les plus sensibles aux tremblements de terre.

 »Quand un tremblement de terre est sur le point de se produire, les serpents sortent de leurs nids, même dans le froid de l’hiver. Si le tremblement de terre à venir est important, ils se jettent sur les murs pour tenter de s’échapper. Nanning, qui est située dans une région où les tremblements de terre sont fréquents, est une des 12 villes chinoises surveillées par système de télédétection.

La surveillance de serpents par caméras pourrait même s’étendre à d’autres régions de la Chine. Et dans l’ensemble du pays, la plupart des zoos doivent relever les comportements anormaux des animaux captifs et les transmettre aux bureaux sismiques régionaux, formant ainsi un gigantesque réseau de prévention aux tremblements de terre.

Et il semblerait que d’autres animaux peuvent nous prévenir :

En 1975, les autorités d’une ville chinoise de 90 000 habitants, alarmés par le comportement inhabituel des chiens, procédèrent à l’évacuation de la ville.

Quelques heures plus tard, un tremblement de terre de 7,3 sur l’échelle de Richter détruisit 90 % des bâtiments de la ville. Sans cet avertissement, la tragédie humaine aurait été beaucoup plus grave!

Les scientifiques pensent que les chiens peuvent entendre et percevoir des sons inaudibles pour nous les humains, comme les vibrations de la terre ou les hautes fréquences. Les chiens ont un sens de l’audition beaucoup plus fin que nous.

Alerte au tsunami

Certaines espèces animales possèdent des facultés physiologiques étonnantes face aux pollutions ou dans l’annonce d’une catastrophe naturelle imminente. Leur instinct ou leur physiologie, leur proximité avec la nature, en font les meilleurs alliés de l’homme dans la prévention des risques naturels et industriels qui menacent la Terre.

Nous en avons eu encore la preuve en 2004, lors du fameux Tsunami en Indonésie. Avec 175 000 morts et 125 000 disparus, le tsunami qui s’est produit le 26 décembre 2004 dans l’océan Indien a marqué à tout jamais les esprits.

Mais chose surprenante, après la catastrophe, on a dénombré très peu de victimes animales. Que s’est-il passé avant le tsunami ? Les animaux ont-ils été capables de sentir la vague meurtrière arriver ? Dans ce cas, pourquoi les hommes ont-ils été si peu attentifs à leurs signes ?

Certaines espèces, comme les oiseaux du parc naturel de Yala au Sri Lanka ou les éléphants de Thaïlande, auraient même inquiété des touristes par leurs comportements inhabituels.

Des poissons des grands fonds aperçus dans des eaux peu profondes, des éléphants qui entendent les vibrations plusieurs heures avant l’arrivée de la vague ; des touristes sauvés par des éléphants en Thaïlande, des visiteurs alertés par des oiseaux dans le parc naturel de Yala au Sri Lanka, des centaines de témoignages en Thaïlande et au Sri Lanka rapportent des comportements animaliers troublants avant l’arrivée du tsunami.

Il semblerait que ces animaux ont senti venir la catastrophe! Malgré cela, entre témoins et scientifiques les avis restent partagés. La science sera t-elle capable un jour de mettre au point un système d’alerte au tsunami et au tremblement de terre reposant sur les animaux ?

Une chose est sûre, il semblerait bien que nos amis les animaux, lorsque leur comportement devient inhabituel, nous donnerait un solide indice sur le danger à venir. Vaut mieux peut-être les écouter!

  • Facebook
  • Twitter
  • E-Mail
  • Google Bookmarks
Tags: ,

4 Réponses

  1. Issakou YAGUI ASSOUMA dit :

    j’ai lu votre courrier avec avidité et intérêt. Je suis béninois et ma passion est le savoir écologique endogène et les radios communautaires. Je termine un ouvrage dans ce sens. Mais je liste les défis qui à bloquent ces radios à inserer cette thématique dans les grilles des programmes. Merci pour ce sens élever de dicernement. Je pense que nous feront chemin ensemble.A+

  2. Cyrille dit :

    Bonjour,
    vous ne citez pas la série documentaire scientifique qui porte spécifiquement sur les espèces animales sentinelles, en 5 épisodes (tsunami, séismes, pollution de l’eau, de l’air, des sols), diffusé depuis 2008 sur les chaînes européennes et étrangères. Ne la connaissez-vous pas ?
    voir : http://www.monalisa-prod.com/vf/catalogue.php?id=64
    cordialement

  3. Mélanie dit :

    Non en fait je ne connaissais pas ce documentaire. Merci pour la suggestion!

  4. BIAOU O. Thimoté dit :

    Bonsoir à tous! Je suis étudiant à l’école nationale supérieure agro-pastorale à Gogounou/Bénin.En fait,c’est ma passion sur le comportement des animaux avant/après l’installation d’une catastrophe naturelle qui m’a poussé jusqu’à ce niveau.Et je puis vous dire que j’ai lus celà avec intérêt et avidité.merci

Laissez un commentaire

Diplômée de l'Université Laval en géographie, j'ai joint l'équipe du 89,1 FM en 2010, car je me passionne pour la vulgarisation scientifique, le journalisme et les médias.

Titulaire d'une maîtrise en sciences géographiques (dont le sujet d'étude portait sur les changements climatiques), mon intérêt pour le journalisme scientifique, la protection de l'environnement, le développement durable et la promotion des sciences m'ont poussé à créer ce site Internet.

J'espère donc pouvoir vous partager ma passion pour les sciences, la nature et l'environnement!

Mélanie Jeaninfo@maplanetebleue.com